SORTIE LE 8 NOVEMBRE 2019 – Freaksville Records (BE) / Nomad Eel Records (USA)

Un nouvel album ambitieux enregistré entre Berlin et Liège sur le thème de la liberté.

Marcelin Willems a 17 ans lorsqu’il compose la première ébauche d’un album qui deviendra ‘Hello Ghost’, mais il est contraint d’abandonner ce projet qui nécessite des connaissances techniques et des moyens qu’il ne possède pas. 

20 ans plus tard, Marcelin renait dans la peau de Will Z., un musicien reconnu dans le genre qu’il affectionne tant, depuis toujours, le rock psychédélique (popularisé par des groupes majeurs comme Pink Floyd, les Beatles, les Beach Boys…). L’idée folle de terminer son projet de jeunesse nait alors. « Soudainement, j’étais devenu le producteur et le musicien que j’aurais voulu rencontrer adolescent. », explique Will Z. « Je me suis dit qu’il était temps de me réconcilier avec moi-même en finissant cet album et en le sortant. »

Les 10 titres de ‘Hello Ghost’ ont en commun le thème de la liberté. Will Z. émet rapidement l’idée d’enregistrer l’album loin de son environnement familier : « Je voulais sortir de mes habitudes et partir à l’aventure car c’est de cela qu’il est question dans ‘Hello Ghost’. ». En février 2018, Pierre Vancraenenbroeck et Will partent à Berlin, au Lightning Recorders, un studio où le temps semble s’être arrêté dans les années 60. « Nous avons enregistré toutes les bases rythmiques sur des pièces de musée, de la batterie à l’ampli en passant par la console ou l’enregistreur à bandes. Ce son et notre découverte de la ville ont nourri le projet et créé une ambiance très particulière, hors du temps. », explique Will Z.  

De retour à Liège, Will Z. invite plusieurs artistes pour finaliser l’album en grande partie au Studio 5 : Éric Trillet, le claviériste qui jouait sur les morceaux d’origine dans les années 90, le groupe Fake Empire (de la région de Namur) composé de trois sœurs et une amie, et une section de cordes emmenée par la violoniste hutoise Anne-Claude Dejasse.

L’album sortira en digital avec l’aide du label Freaksville Records de Benjamin Schoos et en vinyl sur le label de Los Angeles Nomad Eel Records qui a déjà, en 2017, publié le premier album de Black Moon Tape, choisi pour participer au Record Store Day 2018 aux États-Unis. Un « Release Concert » aura lieu le 30 novembre 2019 au Hangar à Liège (avec Fake Empire).


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *